Autrement, la parfumerie fine

Loin des grandes enseignes, les parfumeries Autrement respirent la passion, le savoir-faire, mais surtout l’authenticité. A la tête de trois parfumeries, Paul Franzone navigue entre Saint-Jean-de-Luz, Biarritz et Bayonne, pour faire découvrir à ses clients des senteurs uniques.

A contre courant des chaînes qui dominent le marché de la parfumerie, Paul a crée des boutiques où l’on se sent comme dans un cocon, des lieux hors du temps. Un état d’esprit délicat que je t’invite à découvrir dans cette interview.  

Si tu préfères regarder la vidéo de l’interview, clique ici

Lustre de flacons, à l’entrée de la parfumerie Autrement de Bayonne (photo: Yannick Revel)

Bonjour Paul, peux-tu nous parler de tes magasins?

J’ai commencé à travailler dans des chaînes de parfumeries traditionnelles comme Séphora ou Nocibé, mais les approches de ces magasins-là, étaient pour moi pas assez abouties. Il n’y avait pas assez de personnalisation, et on était sur des jus qui étaient quasiment similaires. J’ai donc eu envie de faire autre chose.

Cette parfumerie de niche existe beaucoup en Italie, elle commence à arriver à Paris mais reste rare en province, ce qui nous a donné envie de s’implanter sur la Côte Basque. On a ouvert notre première boutique avec mon père à Bayonne, il y a 7 ans maintenant.

On travaille avec des marques qui sont très peu distribuées et nous sommes sur une approche de conseil, de personnalisation du parfum. On essaie d’être au plus proche du client. Il ne va pas se servir lui-même, c’est moi qui vais lui poser des questions pour qu’on avance ensemble et qu’on trouve le parfum qui lui correspond. 

Qu’est-ce que l’on vend, lorsqu’on vend un parfum ? 

Vendre un parfum, ça se fait par le feeling, avec la personne et surtout par les connaissances. Nous, le savoir-faire que l’on a, c’est qu’on connaît nos parfums sur le bout des doigts. Il faut juste qu’on essaye de s’adapter aux mots du client. En odeurs, on n’a pas de lexique existant, on parle de notes vertes, de notes chaudes, ou encore d’oriental, mais au final il n’y a pas de notes qui décrivent précisément une odeur, c’est pour ça qu’il est important de s’adapter au client, de trouver l’équilibre. Ensuite on fait au feeling. En règle générale, j’essaye de faire sentir entre 5 et 10 parfums par client. 

Il y a plusieurs étapes sur le parfum : les notes de tête, les notes de cœur et les notes de fond, et tout ça se fait sur un certain temps. C’est la raison pour laquelle, je leur fais essayer sur la peau et que je demande au client de partir, pour qu’il puisse voir comment le parfum évolue. Ce qui me tient à cœur, c’est que le client parte avec le sourire, mais surtout qu’il revienne.

Paul Franzone, lors du live mon compte Instagram

Peux-tu nous expliquer ce mécanisme des notes de tête, de cœur et de fond?

La note de tête est la première odeur que l’on sent. En général, ce sont les agrumes, qui sont des odeurs très fuguasses et qui vont partir assez vite. Ensuite, les notes de cœur sont l’ADN du parfum, c’est ce qui va faire son identité. Et les notes de fond, c’est ce qui va englober pour garder la tenue, ce sont des notes plus profondes. 

Qu’est-ce qu’un parfum dit sur celui qui le porte ? 

Plein de choses. C’est une question très compliquée, parce que ça peut-être à la fois l’envie du moment ou en lien avec la saison. On peut changer de parfum tout le temps, il correspond aux envies, et au moment présent. C’est très personnel.

Comment sélectionnes-tu les parfums de tes boutiques ?

Il y a une part de découverte lorsque les marques m’envoient des doses d’essai pour découvrir leur marque. Lorsque quelque chose me tape dans le nez, je vais approfondir un petit peu plus et on décide à ce moment-là de les rentrer ou pas en boutique. Nous sélectionnons nos produits sur l’odeur, la ténacité ou encore l’originalité.

Quels sont les créations les plus originales dans tes parfumeries?

J’ai Ben Gorham, un suédois qui fait la marque Byredo. Il allie beaucoup de fraîcheur et de légèreté dans ses parfums, mais avec une ténacité qui est assez rare. Il y a un contraste assez fort, ce qui donne un produit enivrant.

Ensuite, il y a Francis Kurkdjian, qui est l’un des plus grands du siècle en matière de parfumerie. On a la chance de le distribuer à Biarritz, et sincèrement ses créations sont folles. Il a réalisé entre autres le parfum Le Mâle pour Jean-Paul Gautier, avant de créer sa propre marque. Ce sont des parfums extraordinaires, mais qui restent très chers. 

Après, j’ai Nasomatto, un italien qui ne fait que des extraits de parfum, et là, on est sur des jus complètement fous. Il en a fait un avec de la tubéreuse qui est très animale et poudrée. C’est vraiment dingue! J’en ai un qui sent la liqueur de Whisky avec un côté caramel.

Francis Kurkdjian, une des maisons d’exception représentée par les Parfumeries Autrement

Comment devient-on parfumeur? Y-a-t-il une formation ?

Je me suis beaucoup formé sur le tas, parce qu’apprendre un panel de parfum c’est quelque chose qu’on ne peut pas forcément faire à l’école. En école, on va apprendre beaucoup les notes, toutes les caractéristiques d’un absolu, d’une essence, d’un parfum … Quant aux odeurs, elles se sentent, se ressentent. Je sens tous les jours un panel de 5 parfums, et tous les jours, je sens des notes différentes. Le fait d’être « nez » n’est pas un don, c’est des facilités, de l’amour, de la passion mais c’est surtout du travail.

Le marché du parfum est-il dynamique en France ? 

Pas du tout. Le marché varie entre -3 et -5% chaque année. Les indépendants (qui sont très peu nombreux en France) sont en train de remonter la pente de façon légère. Néanmoins, les gens ont peur de l’image que l’on renvoie et ont l’impression qu’on coûte souvent très cher, alors que pas forcement. Le panier moyen chez nous s’élève à 80€, ce qui est moins élevé que les grandes enseignes.  

La vitrine de la parfumerie Autrement de Saint-Jean-de-Luz

Cet article te plait? Ma Newsletter te plaira à coup sûr!

Pour la recevoir chaque vendredi, inscrit ton mail ci-dessous 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s