Reco lecture: Mama Red

L’heure d’hiver est arrivée et avec elle les bons dimanches casaniers. Le plaid, le canapé, nous voilà parés pour attaquer une nouvelle série ou pour ouvrir un bon bouquin. Besoin d’un conseil lecture? File sur le compte Instagram de Séverine, alias @madame.tapioca 

kid-2603857_1920

 

Cette lectrice compulsive partage ces coups de cœur et rédige des chroniques qui communiquent parfaitement son enthousiasme totalement désintéressé. J’ai donc choisi qu’elle vous parle d’un roman américain écrit par Bren McClain et édité par la toute jeune maison bordelaise Le Nouveau Pont.

« Mama Red  se lit comme un vieux classique de littérature américaine.
Cette impression ne m’a pas lâché durant toute la seconde moitié de ce roman, qui pourtant m’a dans un premier temps quelque peu désarçonnée.

Si je vous dis que c’est un livre raconté en partie à travers les yeux d’une vache, vous risquez de vous dire que c’est un parti pris qui peut facilement viré au ridicule.
Hors Bren McClain a bien fait de prendre ce risque. Ce livre s’est faufilé en moi. Cela a commencé doucement mais c’est petit à petit devenu profond, comme si l’auteur me disait « Je vais te faire ressentir des choses, même si tu ne le vois pas arriver ».
Alors clairement c’est bizarre au début, et il faut un moment pour se familiariser avec ces intermèdes de narration bovine.
Il faut aussi un moment pour appréhender les personnages, pour comprendre qui ils sont et ce qu’ils représentent les uns pour les autres.

Début des années 50 dans la campagne de Caroline du Sud, Sarah Creamer doit élever seule et dans une extrême pauvreté un enfant qui n’est pas le sien.
Je ne vous en raconterai pas plus (vous trouverez tout de même en commentaire le résumé éditeur), juste vous dire que c’est un livre fantastique sur l’amour, l’apprentissage, l’instinct maternel et le sacrifice. Une histoire profondément humaine où les personnages sont complètement développés et l’atmosphère parfaitement capturée. Il explore les forces et les limites de l’amour parental, le pouvoir de guérison du lien humain-animal, et les dilemmes éthiques liés à l’élevage d’animaux pour se nourrir.
Une histoire de pardon, de force et de persévérance.

Mama Red est un de ces livres intrinsèquement beau parce qu’il porte en lui quelque chose d’universel.
Quelque chose qui vous brise le cœur et qui vous le soigne aussi. »

Retrouvez les autres chroniques littéraires de Séverine sur Instagram : @madame.tapioca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s