Berlin libère ses instincts

Jamais une ville ne m‘aura laissée une telle impression. Partagée en deux durant trois décennies, Berlin affiche aujourd’hui une autre dichotomie. Sage le jour, elle arbore un visage discipliné et parfois austère. La nuit tombée, la capitale allemande se transforme et libère ses instincts les plus sauvages.   Comme si le vent de liberté de novembre 1989 ne cessait jamais de souffler.

Berlin sage

Dans le quartier du Mitte se concentrent les principaux points touristiques. Ils se succèdent à un rythme impressionnant. Il y en a partout,  et tous les 100 mètres, le curieux s’arrête devant  un monument, une sculpture ou un édifice religieux remarquable.

Berlin_Cathedral

Sur les bords de la Spree, la cathédrale de Berlin

Parmi les incontournables mentionnés dans les guides, je ne peux que vous encourager à pénétrer dans la cathédrale. De style renaissance, cette construction du 19ème possède un dôme duquel la vue est imprenable. A 360°, la capitale s’étale sur les quatre points cardinaux, alternant les témoignages architecturaux des différentes époques.

img_1244

Berlin depuis le dôme de la cathédrale

Dans cette ville quadrillée par d’immenses boulevards, la foule se déplace à une allure rassurante. Dans la circulation, sur les trottoirs ou dans le métro, le calme règne. Malgré sa grandeur et la taille de ses immeubles, Berlin est paisible. Loin de l’oppression des mégapoles, la ville monde adopte un mode de vie cool et étonnement silencieux. Pas d’agitation inutile dans la rue ou dans les commerces où l’ostentatoire n’est définitivement pas de mise, laissant souvent place à une classe minimaliste.

Berlin fait le mur

Aucune autre ville ne symbolise mieux l’histoire mondiale du 20ème siècle. Découpée par les vainqueurs de la seconde guerre, la cité a vécu divisée entre deux mondes. Jusqu’en novembre 1989 où les forces de la liberté (et l’écroulement de l’empire soviétique) ont abattu le célèbre mur. Auparavant, les chanceux pouvaient passer par les postes de contrôle pour aller d’un quartier à l’autre. Pour matérialiser cette époque révolue l’une de ces cabanes de douane a été reconstituée à l’endroit exact où le passage menait de la zone soviétique à la zone américaine.

img_1257

Vous entrez en territoire américain

Aujourd’hui une partie du mur de Berlin est conservée et porte toujours les fresques originales peintes au moment de l’effondrement. Les messages d’amour, de liberté et d’espoir pullulent sur cette galerie à ciel ouvert. La longer, c’est un peu palper l’euphorie de la libération exprimée par les citoyens des deux cotés de la paroi. Une joie qui produit de nous jours encore de biens étranges échos.

img_1377

Berlin devient sauvage

Le mur n’est plus, mais Berlin continue de le franchir dès la nuit tombée. A une certaine heure, tous les chats sont gris, et les règles tant respectées le jour se voient alors transgressées. La tolérance se retrouve dans les poches alternatives où se mêle le tout Berlin underground. Dans le quartier de Friedrichshain se côtoient les cultures skate, street art, electro en particulier à Raw Temple ; d’anciens entrepôts qui s’encanaillent dans leur nouvelle vie. Au Yaam ou au Lux, on vit aussi cette ambiance. Entre deux immeubles aux lignes solides et carrées, des caravanes, des food trucks et des cabanes de bois et de tôles accueillent les foules dans des espaces déjantés, très éloignés de l’esprit diurne de la ville.

img_1209

Ping pong à Raw Tempel

Avec des moyens limités, ces lieux marquent la créativité de la jeunesse locale. Ce qu’ailleurs, on jetterait à la déchetterie, est ici recyclé pour aménager des endroits plus étonnants les uns que les autres. Dans ce registre, Madame Claude et sa décoration renversante constitue un must. Pas besoin d’un designer star pour la déco ou d’un DJ vedette pour le son, l’inventivité et une grande ouverture d’esprit se chargent de créer une ambiance unique.

img_1288

Premier aperçu chez Madame Claude

Faire de tout avec rien, ainsi se traduit le dynamisme berlinois. Porté par la liberté et la tolérance, le creusé est propice à la naissance des avant-gardes. Le laboratoire est vivant, cosmopolite, spontané et informel. La formule empirique accouche de tendances qui n’en finissent pas d’inspirer et d’influencer bien au-delà du pays.

Auteur : Yannick Revel

Cet article te plait? N’hésite pas à le partager et n’oublie pas de suivre bon Sud bon Genre sur les réseaux sociaux ; sur la page Facebook, le profil Instagram ou le compte Twitter

 

img_1451

Dans le quartier Saint-Nicolas

BerlinWall_Kiss

Soviet Kiss sur le mur de Berlin

BerlinWall_Sacharow

Comme le baiser, le violoniste Sacharow a été peint par Dmitry Vrubel

Berlin_Trabant

Trabant, l’automobile de l’ex RDA

img_1409

Gunther Schaefer devant le drapeau qu’il a peint 29 ans auparavant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s