Villa Arguibel, la chambre d’hôtes arty de Guéthary

Tout comme le Pays Basque, il y a deux Guéthary. Celui qui descend vers l’océan et qui prend l’accent parisien dès les beaux jours. Et celui qui remonte vers l’intérieur, où les vaches paissent paisiblement sous la bienveillance des proches Pyrénées. A cinq minutes des grains de sable mais à des années-lumière de ce que les locaux appellent « Neuilly-sur-mer », la villa Arguibel déploie ses deux ailes au cœur des pâturages basques. Dans ce cadre bucolique, la chambre d’hôte déploie ses charmes telle une oasis de calme et de design, à l’écart du tumulte d’une bande côtière de plus en plus fréquentée.

_copie-0_IMG_8110

Texte et Photos: Yannick Revel

En passant le portail de cette demeure de caractère, on se dit que la rénovation a été bien exécutée. Authenticité de l’ancien, confort du moderne, un savant mélange confère ici une atmosphère unique. Et pourtant, la bâtisse n’a que dix ans, érigée en 2008 par l’architecte getariar Pierre Couteau. Ce dernier a repris les codes des années 1920 pour créer une illusion parfaite. Ouvertures arrondies, vaste escalier avec main courante en ferronnerie, entrée en damier noir et blanc… dès l’ouverture de la porte on plonge dans l’ambiance d’une belle néo basque qui aurait traversé les époques.

Un esprit boutique hôtel

Du début du 20ème siècle à nos jours, les pièces occupant les volumes constituent un voyage dans le temps. Comme si chaque génération avait laissé sa trace. On imagine les grands-parents se discutant sur le zuzulu (banc coffre traditionnel basque), les parents en pattes d’éléphants tournoyant sur les fauteuils Verner Panton et leurs enfants craquant devant le réalisme pop du peintre Yannick Fournié. Éclairé par les œuvres luminaires et lumineuses de Philippe Herault, cet ensemble hétéroclite  fonctionne à merveille. Une homogénéité créée par le couple de propriétaires dénicheur de l’ensemble des pièces présentes.

Une ambiance intimiste

Chacune des cinq chambres (dont deux suites) portent le nom d’une célébrité habituée de la région. Ma nuit se déroula dans la suite Pierre Loti, inspirée par le romantisme de l’écrivain voyageur. Entre les murs au ton byzantin, les touches d’exotisme s’invitent pour mieux envelopper les rêves des hôtes. L’armature en bambou du lit à baldaquin, la (fausse) peau de bête sur le fauteuil, le miroir en bois flotté de la salle de bain… comme autant de notes d’une balade nocturne qui s’avérera douce.

IMG_9987

Réveillé par le chant des oiseaux, on ouvre la porte vitrée pour jeter, depuis le balcon, un coup d’oeil sur le Jaizkibel. L’emblématique mont côtier lézarde sous un soleil matinal, nous allons en faire de même sur la terrasse du rez-de-chaussée. Ici est servi le petit-déjeuner, bercé par les sonnailles des moutons tout proches.  Orientée à l’est, cette salle à manger d’extérieur est l’endroit idéal pour démarrer une journée sous les rayons UV.

Plus d’info sur le site web de la Villa Arguibel

 

_copie-0_IMG_8096_copie-0_IMG_8117_copie-0_IMG_8100IMG_0008

 

Cet article te plait? N’hésite pas à le partager et n’oublie pas de suivre bon Sud bon Genre sur les réseaux sociaux ; sur la page Facebook, le profil Instagram ou le compte Twitter

 

Autres articles susceptibles de t’intéresser:

Côte Basque: Les Nouvelles Adresses de l’été 2018

Le Meilleur Brunch de Biarritz

Le Restaurant Instincts à Saint-Jean-de-Luz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s