Les merveilles de la Côte Vermeille

C’est avec une pointe de tristesse que je publie cet article aujourd’hui. Une nostalgie positive, à la japonaise, avec un sourire aux lèvres en me remémorant les bons moments passés dans les Pyrénées-Orientales. Clap de fin du cycle consacré à ce beau département… les yeux dans la Grande Bleue. Suis-moi, je refais le film d’un cabotage routier le long de la Côte Vermeille.

Il y a deux côtes sur le littoral de la Catalogne nord. Côté pile, de longues étendues sablonneuses et sauvages. Le meilleur exemple en est probablement Torreilles. Sur ses plages soufflent un véritable vent de liberté et ses barraquettes sont juste le « perfect spot » pour l’apéro. Pas de sunset ici mais un petit blanc local avec des huîtres du tout proche étang de Leucate, le tout les pieds dans le sable.

Côté face, le rivage rocheux cisèle une succession de criques et de cartes postales que l’on peut explorer motorisé ou en randonnée pédestre. C’est dans la mythique Collioure que nous démarrons notre journée marine. Avec les baigneurs, l’église Notre-Dame-des-Anges et  le Château Royal font trempette. Les reflets de ses architectures des 12ème et 17ème siècles sont à quelques pas des ruelles colorées et typiques de ce village de 2800 âmes. Une perle très fréquentée quand vient la haute saison, un incontournable.

_copie-0_Collioure

Après une pause déjeuner au Bar de la Marine, nous partons pour une marche digestive. Entre Collioure et Port-Vendres, nous empruntons le sentier de la Mauresque. Un grand bol d’air frais où l’on croise un port abandonné, des figuiers de barbarie, et des vestiges de la seconde guerre mondiale. L’arrivée en ville est précédée par un passage sur l’anse de la Mauresque. Une parenthèse de solitude où le temps semble figé.

_copie-0_Anse-Mauresque

Je reprends le volant pour pousser jusqu’aux limites de l’hexagone. Face à l’immensité, nous voici sur la falaise du Cap Cerbère. La tête vers la gauche, on admire les rives de Banyuls-sur-Mer. Le visage à droite, on aperçoit Port-Bou et le début de la Catalogne du sud.

IMG_6179 (Copier)

Repartant vers le nord, une furieuse envie de découverte viticole point en mon esprit. Sur les terroirs des appellations Collioure et Banyuls, ce serait quand même un comble que je rentre dans mon cher Pays Basque sans un flacon dans mes bagages. Une pause sur l’anse de Paulilles s’impose. Pouvait-on trouver meilleur endroit ? Je ne le crois pas. Coulant sur la plage, les vignes du domaine du Clos de Paulilles produisent de délicieux nectars de toutes les couleurs. Divers sentiers permettent d’explorer ce cadre naturel exceptionnel dont un qui traversent l’exploitation viticole.

_copie-0_Paulilles

Ainsi s’achève notre semaine dans les Pyrénées-Orientales. Le lendemain, nous longerons la chaine montagneuse pour regagner la façade atlantique. J’espère t’avoir transmis l’envie de découvrir ces terres catalanes qui nous ont totalement conquis. Et avant de te raconter d’autres aventures, tu peux revivre l’intégralité du périple en cliquant ci-dessous :

Voyage en Terres Catalanes

Et n’oublie pas de suivre bon Sud bon Genre sur les réseaux sociaux ; sur la page Facebook, le profil Instagram ou le compte Twitter

 

Autres articles susceptibles de te plaire :

Un peu, beaucoup, à la folie, Napoli

Logroño, à déguster sans modération

Tarn-et-Garonne, un concentré d’art de vivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s